Accueil > Musique > RAMI

Rami

Festival Musique et Poésie

Voici un temps fort de 2 semaines de musiques intenses, vibrantes
et créatives.
C’est également la rencontre entre 3 structures : la Maison des
Jeunes et de la Culture d’Olivet, la Scène nationale d’Orléans et
l’association Le Nuage En Pantalon qui ont le désir de conjuguer
leurs efforts pour un festival dédié au blues, au jazz, aux musiques
improvisées, à la poésie avec 21 concerts et une exposition à Orléans
et Olivet... sous la bannière de Gérard Bedu, directeur artistique.
Bon Festival


Rami

Julie Vérin et Jérémie Bruant

Scène nationale d'Orléans


Séquences tenantes : Penser ritualiser. Marquer les différences sur le fil des ressemblances et classer. Changer. Ajouter. Réencrer. Adapter le support à l’espace et au temps. Tacher d’intuition. Enlever la tête du faire et mettre les mains dedans. Partir sans être vacant. Rassembler les hypothèses. Objectiver les bruits. Bricoler les cadres. Fixer les bords. Aller à l’essentiel. Autre chose.
-


Vernissage de l'exposition

Mercredi 25 octobre, 18h30 - Galerie du théâtre


Rami

Jeudi 26 octobre

  • 20h30jeudi 26 Octobre 2017

Scène nationale d'Orléans

Trois concerts par soirée (dont un gratuit) pour croiser la poésie et la musique et souligner leurs complémentarités et leurs similitudes.


Fog Dog invite Toma Gouband

Hall du théâtre - 19h00
Gratuit

Matthieu et Santiago empruntent des chemins éloignés des chapelles stylistiques et plongent dans un geste collectif pour créer des formes spontanées où rien n’est interdit. La matière sonore en perpétuelle évolution côtoie contrepoints, riffs, microtonalité, polyrythmies.Pour ce concert, les deux comparses invitent Toma Gouband, batteur et percussioniste, aux côtés d’Evan Parker, Benoît Delbecq, Nelson Veras, Eve Risser et tant d’autres, réinvente sans cesse le processus rythmique en véritable poète de l’événement sonore.

Saxophones, clarinette
Matthieu Donarier
Guitares, traitements sonores Santiago Quintans
Batterie, lithophones, objets Toma Gouband

-


Joachim Badenhorst

Salle Vitez - 20h30
5€ et 10€ (un seul billet pour les spectacles de 20h30 et 21h30)

Joachim Badenhorst est très actif sur les scènes musicales expérimentales et improvisées en Europe et dans le monde depuis plus de15 ans. Il interroge les relations entre les musiques contemporaines et les musiques traditionnelles, collaborations avec des musiciens de Turquie, du Japon, ou de Chine.Il se penche sur une ré-imagination des limites entre l'improvisation et la composition, des explorations sonores abstraites et du passage harmonique, et continue de tenter un langage esthétique personnel qui interagit avec les espaces.

Clarinette, saxophone
Joachim Badenhorst

-


Danse découpage

Perf et Créa # 1
Salle Vitez - 21h30


Lire Louis Calaferte, c'est comme se prendre une grande claque dans la gueule. Dans Danse découpage chaque mot vous assomme, chaque phrase vous transperce, chaque image vous éblouit. L'association LeNEP a proposé aux trois musiciens une mise en son du texte.
Valérian Renault bouscule, transperce, de sa voix légèrement éraillée, Pascal Maupeu, inventif, implore et explore les sonorités de sa guitare et avec Florian Satche vos oreilles pourraient bien en prendre plein les yeux si vous n'y prenez garde, et c'est tant mieux…


Voix Valérian Renault
Guitare
Pascal Maupeu
Batterie et percussions
Florian Satche Réservation

Rami

Vendredi 27 octobre

  • 20h30vendredi 27 Octobre 2017

Réservation

Rami

Samedi 28 octobre

  • 20h30samedi 28 Octobre 2017

Scène nationale d'Orléans

Un homme sans manteau

Hors les murs – Caravane – place du Martroi – 15h et 16h - gratuit
Perf et Créa # 2

Texte de Jean-Pierre Siméo (directeur du Printemps des poètes) où l'on passe de l'obscur au clair, du malheur à l'espoir du monde.
En collaboration avec la ville d'Orléans.

Voix Hugo Zermati
Oud François Rascal
Batterie, percussions Adrien Chennebault

-


Charlotte Testu

Hall du théâtre - 19h00
Gratuit

« La contrebasse est un chemin, sur lequel je marche, les pieds dans la terre, dans les cailloux, dans les hauteurs des arbres. A l’écoute du son, je joue. Je joue comme on travaille à dire. Quand la musique est là, il y a du son. Justement, autant que je le pousse à exister depuis mon instrument. Je vis avec lui, une main accrochée aux nuages, une autre agrippée au craquement subit des choses qui sonnent. Parois invisibles. Ces parois je les donne à entendre.”

Contrebasse Charlotte Testu

-


Héros-Limite

Perf et Créa # 3
Salle Vitez - 20h30
5€ et 10€ (un seul billet pour les spectacles de 20h30 et 21h30)

L'œuvre de Gherasim Luca est une mise en mouvement de la langue, des idées et du corps, indissociablement liés dans un tourbillon d'érotisation générale pour une «orgie de mots». L'association LeNEP a proposé aux trois musiciens une mise en son de quelques textes. Guylène Charmetant est une des voix du gospel et du swing, Quentin Aurat est un musicien de l’improvisation, de la performance sonore et expérimentale, Benoit Lavollée est un musicien de jazz aguerri au monde de l'improvisation.


Chant, voix percussionsGuylène Charmetant
Guitare et objets
Quentin Auratts
Vibraphone, marimba, percussions et electronics
Benoit Lavollée



-


Chantier Public

Salle Vitez - 21h30


Chantier public est la réunion improbable d’un saxophoniste baryton, d’un poète et d’un dessinateur. Ensemble, ils vont raconter, jouer, dessiner leurs envies, au gré de lectures, de chansons, de croquis, d’aventures, d’humeurs ou de rancœurs. La musique est tantôt improvisée, tantôt écrite et d'acier trempé, aux structures fidèles et implacables comme des décennies sans pain. Chantier public développe une trame où les arrangements évoluent pour déranger la voix, déstabiliser, éveiller les sens et créer d’autres urgences. La parole n’est que le spectacle de nos contradictions, de notre hypocrisie, de notre conservatisme, sinon de notre mort végétée.

Textes, table sonore Albert Marcœur
Saxophone baryton Ronan Le Gouriérec
Dessins, illustrations Yves Magne
Son Ti Yann Février


Réservation

Rami

Dimanche 29 octobre

  • 17h00dimanche 29 Octobre 2017

Scène nationale d'Orléans

Trois concerts par soirée (dont un gratuit) pour croiser la poésie et la musique et souligner les complémentarités et les similitudes de ces deux arts.



Duo Laura Perrudin & Thibault Florent

Hall du théâtre - 16h00
Gratuit

Elle, répond à l'invitation de Lui, pour un duo aventureux entre compositions et improvisations.Une musique tout en acoustique, liant, reliant le geste, l'objet et le son afin de mettre en résonance toutes leurs cordes. Bidouilleurs, préparateurs, ils exploitent les possibilités sonores de leurs instruments au-delà des limites convenues et placent le rythme et les polyrythmies au cœur de leurs compositions.

Harpe chromatique préparée, chant Laura Perrudin
Guitare 12 cordes préparée, banjo Thibault Florent

-


Yasai

Salle Vitez - 17h00
5€ et 10€ (un seul billet pour les spectacles de 17h et 18h)

Complices par le passé sur de nombreux projets, les trois musiciens se sont réunis pour créer ensemble leur musique.
Autant écrite qu'improvisée, elle est originale et dynamique. Elle approche différentes formes de composition et d'improvisation, depuis un travail de rythmiques complexes. Leur univers artistique est inspiré de différents styles musicaux, le jazz, bien entendu, mais tout autant par la musique contemporaine, la musique électronique, la musique du monde que la musique classique.

Saxophone Kumi Iwase
Violoncelle Hugues Vincent
Batterie Ianik Tallet

-


La ballade de la geôle de Reading

par Denis Lavant, Laurent Paris et Camille Secheppet
Création octobre 2017
Salle Vitez - 18h

Un long poème d’Oscar Wilde, un texte d’une force immense, un plaidoyer contre la peine de mort, une réflexion sur nos comportements face à l’amour, la vie d’un prisonnier au XIXe siècle. Il faut lire ce petit livre d’une traite pour ne pas briser la musicalité de la poésie. Il faut le lire sans pause pour s’imprégner de la tension dramatique. Cette ballade appelle musique. Elle est déjà musique. La répétition de certaines strophes ou de certains vers renforce ce sentiment. Nous accompagnons le meurtrier dans ses remords, jusqu’à l’échafaud. Ce poème nous décrit l’horreur de la prison. Oscar Wilde a été enfermé car il ne supportait plus l’hypocrisie de son temps. Enfermé car il avait eu le tort d’afficher son homosexualité dans l'époque victorienne.

Voix Denis Lavant
Batterie Laurent Paris
Saxophone Camille Secheppet


Réservation

Agenda
Les 20 prochaines dates :

up down + Voir toutes les dates

Les partenaires