Retour sur le site du théâtre
  • 20h30Samedi 28 octobre 2017

Samedi 28 octobre

la Scène nationale d'Orléans

Trois concerts par soirée (dont un gratuit) pour croiser la poésie et la musique et souligner les complémentarités et les similitudes de ces deux arts.

Un homme sans manteau

Perf et Créa # 2
Texte de Jean-Pierre Siméo (directeur du Printemps des poètes) où l'on passe de l'obscur au clair, du malheur à l'espoir du monde. En collaboration avec la ville d'Orléans.

Voix Hugo Zermati
Oud François Rascal
Batterie, percussions Adrien Chennebault

Hors les murs – Caravane – place du Martroi – 15h et 16h - gratuit

Charlotte Testu

« La contrebasse est un chemin, sur lequel je marche, les pieds dans la terre, dans les cailloux, dans les hauteurs des arbres. A l’écoute du son, je joue. Je joue comme on travaille à dire. Quand la musique est là, il y a du son. Justement, autant que je le pousse à exister depuis mon instrument. Je vis avec lui, une main accrochée aux nuages, une autre agrippée au craquement subit des choses qui sonnent. Parois invisibles. Ces parois je les donne à entendre.”

Contrebasse Charlotte Testu

Hall du théâtre - 19h00
Gratuit

Héros-Limite

Perf et Créa # 3
L'œuvre de Gherasim Luca est une mise en mouvement de la langue, des idées et du corps, indissociablement liés dans un tourbillon d'érotisation générale pour une «orgie de mots». L'association Le NEP a proposé aux trois musiciens une mise en son de quelques textes. Guylène Charmetant est une des voix du gospel et du swing, Quentin Aurat est un musicien de l’improvisation, de la performance sonore et expérimentale, Benoit Lavollée est un musicien de jazz aguerri au monde de l'improvisation.

Chant, voix percussions
Guylène Charmetant
Guitare, objets
Quentin Aurat
Vibraphone, marimba, percussions, electronics
Benoit Lavollée

Salle Vitez - 20h30
5€ et 10€ (un seul billet pour les spectacles de 20h30 et 21h30)

Chantier Public

Chantier public est la réunion improbable d’un saxophoniste baryton, d’un poète et d’un dessinateur. Ensemble, ils vont raconter, jouer, dessiner leurs envies, au gré de lectures, de chansons, de croquis, d’aventures, d’humeurs ou de rancœurs. La musique est tantôt improvisée, tantôt écrite et d'acier trempé, aux structures fidèles et implacables comme des décennies sans pain. Chantier public développe une trame où les arrangements évoluent pour déranger la voix, déstabiliser, éveiller les sens et créer d’autres urgences. La parole n’est que le spectacle de nos contradictions, de notre hypocrisie, de notre conservatisme, sinon de notre mort végétée.

Textes, table sonore Albert Marcœur
Saxophone baryton Ronan Le Gouriérec
Dessins, illustrations Yves Magne
Son Ti Yann Février

Salle Vitez - 21h30
5€ et 10€ (un seul billet pour les spectacles de 20h30 et 21h30)