Accueil > Théâtre > CDN

Théâtre

Bienvenue!

  • 19h00jeudi 22 Septembre 2016

Centre Dramatique National Orléans/Loiret/Centre

Présentation de saison

Jeudi 22 septembre 19h - Salle Barrault
Renseignements 02.38.81.01.00
Pour aller directement sur le site, cliquez ici


Théâtre

Saison 2016-2017

Centre Dramatique National Orléans/Loiret/Centre

La nouvelle brochure est disponible au Théâtre.
Découvrez la en ligne...en cliquant ici
Abonnés, spectateurs: la brochure vous est envoyée par courrier.
Les abonnements 3, 5, 7 ou 9 spectacles sont possibles dès le mardi 28 juin, au théâtre ou par courrier.


Théâtre

Disgrâce

  • 20h30mercredi 05 Octobre 2016
  • 19h30jeudi 06 Octobre 2016
  • 20h30vendredi 07 Octobre 2016
  • 18h00samedi 08 Octobre 2016
+ horaires

Centre Dramatique National Orléans/Loiret/Centre

  • Avec Jacques Allaire, Fargass Assandé, Pierre Baux, Simon Bellouard, Cécile Coustillac, Pauline Parigot, Sophie Richelieu, Mireille Roussel
  • Texte John Maxwell Coetzee, traduction Catherine Lauga du Plessis (Editions du Seuil)
  • Adaptation Pascal Kirsch et Jean-Pierre Baro
  • Mise en scène Jean-Pierre Baro

Du mercredi 5 au samedi 8 octobre - Salle Vitez
Renseignements et location 02.38.81.01.00, pour en savoir plus et réserver par internet cliquez ici
Durée 2h20

David Lurie, enseignant en littérature, n’a rien compris à l’Afrique du Sud dans laquelle il vit. Rien compris aux mutations qu’implique la fin de l’apartheid. Rien compris aux épreuves qu’il traverse, à la violence dont est victime sa fille. David Lurie ne saisit rien des cartes qui se rebattent sous ses yeux.
Elles ont pour noms: héritage, responsabilité, culpabilité, pardon ou expiation. David Lurie, incapable d’entendre le sens de ces mots, sombre et, avec lui, se consume la société blanche qu’il incarne.
Après avoir arpenté le théâtre (Tchekhov, Büchner ou Söderberg), le metteur en scène Jean-Pierre Baro vient à la littérature, adaptant pour la scène DISGRÂCE, roman phare de l’écrivain sud-africain John Maxwell Coetzee, prix Nobel de littérature. Huit comédiens restituent dans un chassé-croisé tendu cette chute trop prévisible d’un homme qui rate son époque, faute d’avoir regardé son réel dans les yeux.
Le CDN poursuit sa collaboration avec le metteur en scène Jean-Pierre Baro, entamée en 2010: I VA NOV [CE QUI RESTE DANS VIE], WOYZECK [JE N’ARRIVE PAS À PLEURER] et GERTRUD ont tous été créés en résidence à Orléans. C’est également le cas de DISGRÂCE, création dans laquelle on retrouve certains comédiens de ses précédents spectacles, rejoints notamment par Pierre Baux (ORDET (LA PAROLE), LE JARDIN SECRET)


Soirée spéciale

Soirées Carte Blanche

  • 19h00mardi 15 Novembre 2016
  • 19h00mardi 22 Novembre 2016
  • 19h00lundi 28 Novembre 2016
  • 19h00mardi 13 Décembre 2016
  • 19h00mercredi 14 Décembre 2016
  • 19h00jeudi 15 Décembre 2016
+ horaires

Centre Dramatique National Orléans/Loiret/Centre

Renseignements et location au 02.38.81.01.00 ou en cliquant ici


Filant à vive allure, comme des comètes passant dans le ciel d’Orléans, ces soirées viennent ajouter un parfum d’inattendu à la programmation 2016/2017. Pour conclure dans la joie et l’amitié sa présence à la tête du CDN, Arthur Nauzyciel a souhaité que le rejoignent, le temps de sept soirées inédites, des artistes qui lui sont proches et que le public connaît bien pour les avoir souvent croisés dans le hall ou applaudis sur scène. Moments de partage où les surprises s’ajouteront aux surprises, ces «one-shot» seront à l’image des convives: singuliers, originaux et chaleureux.Invités à la fête: le réalisateur Stéphane Foenkinos, les acteurs Xavier Gallais, Marie-Sophie Ferdane et Laurent Poitrenaux, les écrivains associés Marie Darrieussecq, Valérie Mréjen, Denis Lachaud et Yannick Haenel.
Tous ont répondu présents. Certains liront, d’autres dirigeront des lectures, d’autres encore joueront. Il y aura des extraits de pièces, du cinéma, de la littérature. Le contenu est libre, l’injonction, simplissime: rêvez !
C’est ce qu’ils ont fait, tous, et ils sont prêts à partager leur soirée avec vous.


  • Yannick Haenel - mardi 15 novembre 19h
    Achetez vos places en ligne ici
  • Denis Lachaud - mardi 22 novembre 19h
    Achetez vos places en ligne ici
  • Marie Darrieussecq - lundi 28 novembre 19h
    Achetez vos places en ligne ici
  • Valérie Mréjen - mardi 13 décembre 19h
    Achetez vos places en ligne ici
  • Stéphane Foenkinos - mercredi 14 décembre 19h
    Achetez vos places en ligne ici
  • Laurent Poitrenaux/Marie-Sophie Ferdane - jeudi 15 décembre 19h
    Achetez vos places en ligne ici

Théâtre

L'abattage rituel de Gorge Mastronas

  • 20h30jeudi 03 Novembre 2016
  • 19h30vendredi 04 Novembre 2016
  • 18h00samedi 05 Novembre 2016
+ horaires

Centre Dramatique National Orléans/Loiret/Centre

  • Avec Serge Biavan, Maxime Coggio, Christophe Danvin, Adèle Haenel, Paul Moulin, Gilles Nicolas, Aurélie Vérillon
  • Texte Dennis Kelly; traduction Gérard Watkins
  • Mise en scène Maïa Sandoz; assistante mise en scène Clémence Barbier

Du 03 au 05 novembre - Salle Barrault
Renseignements et location au 02.38.81.01.00 ou en cliquant ici
Durée estimée 1h40

Gorge Mastromas est un salaud et l’assume. Il peut. Il a l’argent et le pouvoir. Enfant, sa gentillesse le confinait aux seconds rôles, subissant plus qu’il ne choisissait sa vie. Adulte, il se métamorphose. Quitte l’innocence pour l’abjection, devient le maître d’un monde capitaliste où il règne, quels que soient les moyens employés. Avec un humour corrosif, Dennis Kelly crée avec ce personnage le prototype du héros libéral: un être sans scrupule, le genre de manipulateur que sacralise aujourd’hui une société en perte de valeurs humanistes.
Maïa Sandoz monte ce texte comme on tape du poing sur la table. Histoire de dire que ça suffit. Et de le dire avec les armes du théâtre: l’émotion, le plaisir et le rire. Elle s’entoure d’une troupe de comédiens fidèles, parmi lesquels Adèle Haenel, comédienne qui a fait ses premiers pas au théâtre dans LA MOUETTE mis en scène par Arthur Nauzyciel, également célèbre pour ses rôles au cinéma dans SUZANNE de Katell Quillévéré, L’HOMME QU’ON AIMAIT TROP d’André Téchiné, LA FILLE INCONNUE des frères Dardenne.
Maïa Sandoz et ses acolytes défendent un théâtre engagé, joyeux et collectif. Les textes qu’ils abordent sont souvent drôles, toujours implacables, et questionnent les thèmes de l’illusion, l’identité, la liberté.
Ils seront en résidence au CDN pour cette création.


Focus sur...

Le swag de Voltaire

  • 16h00samedi 05 Novembre 2016

Centre Dramatique National Orléans/Loiret/Centre

  • ÉMISSION RADIO EN PUBLIC

Samedi 5 novembre 16h - Salle Vitez
En direct et en public, assistez à l’enregistrement de l’émission Le swag de Voltaire.
Entrée libre

De la prise de son à la réalisation d’interviews, de chroniques, le CDN propose aux élèves de terminale théâtre option obligatoire du Lycée Voltaire, de réaliser en direct une émission de radio, avec la complicité de Joëlle Gayot, journaliste à France Culture et de Viviane Berreur pour
Radio Campus. L’émission sera diffusée en direct sur Radio Campus.
Cette saison, elle se fera autour du spectacle L’ABATTAGE RITUEL
DE GORGE MASTROMAS, sur le plateau de la salle Antoine Vitez.
Invités: Maïa Sandoz et les comédiens du spectacle


Théâtre

Providence

  • 20h30mercredi 23 Novembre 2016
  • 19h30jeudi 24 Novembre 2016
  • 20h30vendredi 25 Novembre 2016
+ horaires

Centre Dramatique National Orléans/Loiret/Centre

  • Avec Laurent Poitrenaux
  • Texte Olivier Cadiot
  • Mise en scène Ludovic Lagarde

Du mercredi 23 au vendredi 25 novembre - Salle Barrault
Renseignements et location 02.38.81.01.00 ou en cliquant ici
Durée estimée 1h40



Avec PROVIDENCE, on retrouve l’esprit si peu conformiste d’Olivier Cadiot, sa formidable et concrète inventivité. Ici, l’auteur s’interroge sur son parcours, met en scène des personnages en conflit avec leurs modèles, questionne l’art et la littérature, à travers des histoires, des monologues qui, mine de rien, réinterprètent une vie tout entière.
Depuis LE COLONEL DES ZOUAVES en 1997 jusqu’au spectacle UN MAGE EN ÉTÉ en 2010, le metteur en scène Ludovic Lagarde pénètre dans les forêts de mots des livres d’Olivier Cadiot pour en prélever la quintessence. Le théâtre devient le lieu où s’érige une profération dynamique, souple, concentrée.
Le voyage du spectateur s’accomplit grâce à la voix des acteurs, qu’une haute technologie module, déforme, amplifie, spatialise. L’expérience est fascinante. Avec PROVIDENCE, elle devient magique car, en scène, un comédien d’exception est de l’aventure: Laurent Poitrenaux (ARGUMENT de Pascal Rambert; LA MOUETTE et JAN KARSKI (MON NOM EST UNE FICTION) mis en scène par Arthur Nauzyciel).
Après OUI DIT LE TRÈS JEUNE HOMME (2010), UN MAGE EN ÉTÉ (2011) et LEAR IS IN TOWN (2014), le CDN accompagne à nouveau cette création de Ludovic Lagarde.


Théâtre

Les larmes amères de Petra Von Kant

  • 20h30mardi 06 Décembre 2016
  • 19h30mercredi 07 Décembre 2016
  • 20h30jeudi 08 Décembre 2016
  • 20h30vendredi 09 Décembre 2016
  • 18h00samedi 10 Décembre 2016
+ horaires

Centre Dramatique National Orléans/Loiret/Centre

  • Texte Rainer Werner Fassbinder
  • Mise en scène Arthur Nauzyciel
  • Avec Arna Hadžialjevic, Medea Novak, Helena Peršuh, Urška Taufer, Vesna Voncina, Milena Zupancic

Du 6 décembre au 10 décembre - Salle Vitez
Durée 1h30
Renseignements et location au 02.38.81.01.00 ou en cliquant ici

Petra von Kant est une créatrice de mode reconnue et une femme chez qui la maturité n’est pas gage de sérénité. Lorsqu’elle accueille chez elle une jeune fille, Karin, elle lui ouvre non seulement les portes de la réussite sociale mais aussi celles de son cœur, nouant ses propres excès aux exigences de son amante.
Mettant en scène cette pièce de l’auteur et cinéaste allemand Rainer Werner Fassbinder, Arthur Nauzyciel esquive les clichés qui lui collent trop souvent à la peau pour leur préférer un dévoilement à pas lent des strates souterraines qui palpitent sous l’anecdote. En fond de scène, une image géante change de couleur à chaque acte. Rouge, orange, verte, rose, jaune, cette toile de fond sursaturée est à l’image des monochromes warholiens : pop, énigmatique et sidérante. Elle impose aux regards du public le visage de l’actrice qui interprète Petra, Helena Peršuh. Visage fascinant, irréel, dans lequel on se perd et s’absorbe comme Petra, qui s’enfonce dans le cauchemar, se dissout dans le fantasme, se précipite dans la passion pour y trouver, peut-être, une nouvelle source d’inspiration.
Car au fond la pièce parle de cela : est-ce la vie qui fait l’art ou l’art qui fait la vie ? Cette question que pose Arthur Nauzyciel traverse la représentation. Elle est une parmi d’autres. Tout en suivant le fil mouvant où réel et fiction s’entremêlent, le metteur en scène emporte le drame vers une plus ample perspective. Il l’insère dans la grande histoire. Le relie aux destins successifs d’une Allemagne à trois facettes. Celle de la mère de Petra, l’Allemagne nazie, celle de Petra elle-même, l’Allemagne d’après-guerre et ses désirs de reconstruction, celle enfin de Karin, c’est-à-dire l’Allemagne d’aujourd’hui, libérale, conquérante. C’est dire si dans l’amour entre les deux femmes se rejouent et se réactivent des enjeux qui les dépassent et qui ont à voir avec des mécanismes sociaux, économiques et politiques.
Fassbinder n’était pas un auteur de romans de gare mais un observateur lucide des duretés de son époque. Le spectacle qu’a créé Arthur Nauzyciel à Ljubljana en Slovénie et qui est présenté au CDN Orléans/Loiret/Centre, en slovène surtitré en français, n’est pas une comédie désinvolte. Si l’extrême élégance des six actrices, habillées par le créateur de mode Gaspard Yurkievich, et la sensualité du décor de Riccardo Hernandez mis en lumière par Scott Zielinski, plongent le spectateur dans une irrépressible expérience sensorielle, il reste qu’une âpreté est là, corrosive, tenace. Elle a à voir avec l’amertume des larmes de Petra von Kant.


Soirée spéciale

Méga Fête improbable

  • 19h00vendredi 16 Décembre 2016

Centre Dramatique National/Orléans/Loiret/Centre

Vendredi 16 décembre 19h - Salle Barrault
Renseignements et location 02.38.81.01.00 ou en cliquant ici
Tarif all inclusive: 10 €(lectures, dîner, soirée dansante, jeux, rires et chansons)

« Pour ceux et celles qui nous ont suivi depuis la première édition, sachez que cette ultime soirée vous réserve des rencontres entre des textes et des interprètes encore plus improbables. Pour ceux qui viennent pour la première fois, accrochez-vous à vos sièges. »— Stéphane Foenkinos

Les différentes éditions des IMPROBABLES, partagées avec le public, ont toujours marqué des soirées joyeuses et conviviales. C’est dans cet esprit qu’Arthur Nauzyciel a souhaité quitter le CDN et accueillir la nouvelle direction : en vous offrant une MéGA FÊTE IMPROBABLE, qui vous réserve de nombreuses surprises…
Soirée organisée par Stéphane Foenkinos.


Théâtre

Il faut beaucoup aimer les hommes

  • 20h30mercredi 04 Janvier 2017
  • 19h30jeudi 05 Janvier 2017
  • 20h30vendredi 06 Janvier 2017
  • 18h00samedi 07 Janvier 2017
+ horaires

Centre Dramatique National Orléans/Loiret/Centre

  • Avec Cyril Gueï, Maëlys Ricordeau
  • Conception et écriture du projet Das Plateau – Jacques Albert – Céleste Germe – Maëlys Ricordeau – Jacob Stambach
  • Mise en scène et réalisation Céleste Germe
  • Texte additionnel et scénario Jacques Albert
  • Composition musicale et direction du travail sonore Jacob Stambach

Du mercredi 4 au samedi 7 janvier - Salle Vitez
Renseignements et location 02.38.81.01.00 ou en cliquant ici
Réservation en ligne ici


Solange est blanche. Kouhouesso est noir. Ils vivent à Hollywood. Elle l’aime, d’un amour entier. Elle l’espère, elle l’attend quand lui scrute le lointain, les yeux rivés sur l’Afrique où il veut tourner pour le cinéma son adaptation de Au cœur des Ténèbres, de Joseph Conrad. Tout l’appelle là-bas, vers un ailleurs dont elle est exclue.Les romans de Marie Darrieussecq creusent les stéréotypes. Dans IL FAUT BEAUCOUP AIMER LES HOMMES (Prix Médicis 2013) l’auteur se confronte aux relations amoureuses, aux fantasmes projetés sur l’être aimé, mais aussi à l’avalanche de clichés qui entoure les couples dits « mixtes », avec humour et subtilité.À travers ses traductions (ORDET), le Livre, ses textes créés par Arthur Nauzyciel : LE MUSÉE DE LA MER, TOM EST MORT, UNE ANTIGONE, Marie Darrieussecq est intimement liée à l’histoire du CDN où elle est artiste associée depuis 2007. L’exploration d’un de ses derniers romans par le collectif Das Plateau est passionnante. Fervents défenseurs d’une «écriture scénique totale», ils proposent une œuvre dense et immersive dans laquelle musique, espace, image cinématographique, texte et mouvements des corps trouvent une égale importance.


Songes et métamorphoses

  • 20h30jeudi 02 Février 2017
  • 19h30vendredi 03 Février 2017
  • 18h00samedi 04 Février 2017
+ horaires

Centre Dramatique National Orléans/Loiret/Centre

Dans LE SONGE D’UNE NUIT D’ÉTÉ, magie, amour et fantaisie se mêlent à travers trois intrigues: une course-poursuite dans la forêt de quatre jeunes amoureux exaltés, une querelle entre le roi des elfes et la reine des fées qui se résoudra à coup de philtres magiques, et les répétitions d’une pièce de théâtre par des artisans. La plus féerique des comédies de Shakespeare, présentée ici dans son intégralité, est précédée d’un prologue inspiré par les MÉTAMORPHOSES d’Ovide revisitées avec humour par Guillaume Vincent, à l’aune du XXIe siècle.
Avec SONGES ET MÉTAMORPHOSES, le metteur en scène affirme la force imaginative du théâtre. La première partie se construit en écho à la pièce élisabéthaine, à la fois comme une exploration de certaines des métamorphoses qui ont innervé notre culture européenne, mais aussi comme un libre jeu sur le théâtre dans tous ses états, à commencer par le théâtre amateur, avec des enfants.
Après NOUS, LES HÉROS de Jean-Luc Lagarce (2006) et LA NUIT TOMBE… (2012), le CDN retrouve Guillaume Vincent pour cette création.


  • Avec Elsa Agnès, Candice Bouchet, Lucie Durand, Emilie Incerti Formentini, Elsa Guedj, Florence Janas, Hector Manuel, Estelle Meyer, Alexandre Michel, Philippe Orivel, Makita Samba, Kyoko Takenaka, Charles Van de Vyver, Gerard Watkins, Charles-Henri Wolff, la participation de quatre enfants et David Jourdain et Muriel Valat
  • Textes LES MÉTAMORPHOSES de Guillaume Vincent librement inspiré d’Ovide, LE SONGE D’UNE NUIT D’ÉTÉ de William Shakespeare,
  • Traduction Jean-Michel Déprats
  • Mise en scène Guillaume Vincent
  • Dramaturgie Marion Stoufflet
  • Scénographie François Gauthier-Lafaye, en collaboration avec James Brandily et Pierre-Guilhem Coste

Théâtre

Ludwig, un roi sur la lune

  • 20h30jeudi 02 Mars 2017
  • 19h30vendredi 03 Mars 2017
  • 18h00samedi 04 Mars 2017
+ horaires

Centre Dramatique National Orléans/Loiret/Centre

Louis II, Roi de Bavière, diagnostiqué paranoïaque, est destitué de son trône le 8 juin 1866. Personnage fascinant, romantique, fantasque et épris d’art, il est la clé de ce spectacle.
Frédéric Vossier signe une fiction échevelée, ressuscitant Ludwig: ici, son amour pour Wagner, là, ses angoisses d’enfant, plus loin, ses chevauchées dans la montagne. Rodolphe Burger compose la musique, Loïc Touzé chorégraphie les corps. Les acteurs handicapés de l’Atelier Catalyse que Madeleine Louarn met en scène depuis plus de vingt ans, engagent sur les plateaux une présence brute, sans fard, immédiate. Leur rencontre avec la folie de Ludwig est, pour le spectateur, une plongée dans une zone passionnément complexe où le normal n’est plus si normal, où l’évidence laisse place au doute, nous laissant, yeux dans les yeux, devant des différences qui soudain nous sont proches.Le CDN avait accueilli ALICE OU LE MONDE DES MERVEILLES en 2008 et L’EMPEREUR DE CHINE en 2011. Il coproduit ce nouveau spectacle, créé au Festival d’Avignon 2016.


  • Avec Rodolphe Burger, Julien Perraudeau, Loïc Touzé ou Agnieszka Ryszkiewicz
  • et les comédiens de l’atelier Catalyse: Tristan Cantin, Guillaume Drouadaine, Christian Lizet, Christelle Podeur, Jean-Claude Pouliquen, Sylvain Robic
  • Mise en scène Madeleine Louarn
  • Musique Rodolphe Burger

Du jeudi 2 au samedi 4 mars - Salle Barrault
Renseignements et location au 02.38.81.01.00 ou en cliquant ici
Billetterie en ligne en cliquant ici
Durée estimée 1h30


C'est la vie

  • 20h30mardi 14 Mars 2017
  • 19h30mercredi 15 Mars 2017
  • 20h30jeudi 16 Mars 2017
  • 20h30vendredi 17 Mars 2017
  • 18h30vendredi 17 Mars 2017
+ horaires

Centre Dramatique National Orléans/Loiret/Centre

C’est la vie met en scène deux comédiens, Fanny Catel et Daniel Kenigsberg. Deux acteurs, deux parents qui ont chacun perdu leur enfant. La fille de Fanny avait 5 ans. Le fils de Daniel, 25 ans. Cela a eu lieu et c’est irrémédiable. Ils jouent leur propre rôle. Ce spectacle est une performance documentaire, sur le fil mais sans ambiguïté, parce que menée par ceux qui savent qu’il y a un Avant. Et un Après.
Lors de sa précédente création accompagnée par le CDN, FINIR EN BEAUTÉ, Mohamed El Khatib entrait dans le vif de la mort : celle de sa mère, dont il avait consigné les derniers instants de vie. Un théâtre ancré à même le réel. Mohamed El Khatib, auteur et metteur en scène, n’en a pas fini avec la perte de l’être aimé. Avec la même délicatesse que lorsqu’il « collectait » différents matériaux pour rendre compte du processus de son deuil, il a réalisé de nombreux entretiens avec ses comédiens. Avec bienveillance et humour, il a su faire de ces histoires intimes un acte de partage, donc un acte de théâtre.
Après plusieurs étapes de travail menées au CDN, C’EST LA VIE y est créé en résidence cette saison.


  • Avec Fanny Catel, Daniel Kenigsberg
  • Texte et conception Mohamed El Khatib
  • Réalisation Fred Hocké et Mohamed El Khatib

Du mardi 14 au vendredi 17 mars - Salle Vitez
Durée estimée 1h
Renseignements et location 02.38.62.81.01.00 ou en cliquant ici


RENDEZ-VOUS AUTOUR DU SPECTACLE

RENCONTRE AVEC L'ÉQUIPE
Mercredi 15 mars - Atelier du CDN
Dialogue à l’issue de la représentation.


Théâtre

Léonie est en avance (que l'amour doit donc être doux)

  • 20h30mercredi 29 Mars 2017
  • 19h30jeudi 30 Mars 2017
+ horaires

Centre Dramatique National Orléans/Loiret/Centre


Léonie de Champrinet s’appelle Toudoux, Léonie Toudoux, depuis huit mois. Léonie Toudoux porte également un enfant, un petit Toudoux, depuis huit mois. Ainsi s’est-on associé. Ainsi s’est-on mis en ménage. Aujourd’hui, après huit mois (seulement) de gestation, Léonie accouche. Et cela ne plaît pas à tout le monde. (Pas même à l’intéressée).
Dans ce spectacle, répété en résidence au CDN, on retrouve notamment Mireille Herbstmeyer, comédienne fidèle d’Olivier Py (Trilogie Eschyle, LE SOULIER DE SATIN, ILLUSIONS COMIQUES).


  • Avec Catherine Depont, Mireille Herbstmeyer, Christine Joly, Florence Lecci, Sylvain Luquin, Baptiste Relat
  • Conception, écriture et mise en scène Thomas Gaubiac
  • D'après LÉONIE EST EN AVANCE de Georges Feydeau
  • Collaboration artistique Florence Lecci
  • Costumes Anne Bothuon
  • Scénographie et lumière Nicolas Simonin
  • Son Vanessa Court

Jeudi 29 et vendredi 30 mars - Salle Vitez
Renseignements et location au 02.38.81.01.00 ou en cliquant ici
Durée estimée 1h30


Théâtre

Mayday

  • 20h30mercredi 26 Avril 2017
  • 19h30jeudi 27 Avril 2017
  • 20h30vendredi 28 Avril 2017
+ horaires

Centre Dramatique National Orléans/Loiret/Centre

Mary Burns veut être interviewée. Elle doit raconter son histoire si elle veut en finir avec les secrets qui pèsent sur sa famille. Lorsque le récit commence, elle a un mari, une fillette, une autre identité. Mais le passé est là. Il lui colle à la peau. à onze ans, elle a tué deux gosses du quartier, puis a passé dix-sept ans en prison. Portraits en mouvement de femmes sur plusieurs générations, son récit fait apparaître d’autres figures féminines, qui nous parlent successivement, et nous mènent vers les non-dits du passé.
Dans MAYDAY, l’interview projetée en vidéo constitue le fil rouge de la pièce, créant un dialogue constant avec le plateau. La pièce ne raconte pas une histoire, mais tourne autour pour en livrer des bribes, des instantanés. Julie Duclos étoffe ce texte de Dorothée Zumstein d’un arrière-plan émotionnel intense. Sous les mots, derrière les images, on entend battre les cœurs. Les comédiens accèdent aux dérèglements intérieurs de personnages qu’ils ont fait leurs.
Le CDN avait accueilli en résidence Julie Duclos pour son précédent spectacle, NOS SERMENTS, d’après LA MAMAN ET LA PUTAIN de Jean Eustache, créé avec succès au Théâtre national de La Colline. MAYDAY est coproduit par le CDN. On y retrouve Vanessa Larré, ici comédienne (CONCERT à LA CARTE, FEMMES D’INTÉRIEUR).


  • Avec Maëlia Gentil, Vanessa Larré, Marie Matheron, Alix Riemer, Bino Sauitzvy
  • Texte Dorothée Zumstein
  • Mise en scène Julie Duclos
  • Scénographie Hélène Jourdan
  • Lumière Jérémie Papin et Mathilde Chamoux
  • Musique Krishna Levy
  • Chorégraphie Bino Sauitzvy
  • Vidéo Quentin Vigier
  • Son Quentin Dumay
  • Costumes Marie-Cécile Viault

Du 26 au 28 avril - Salle Barrault
Renseignements en cliquant ici et location au 02.38.62.81.00 ou en cliquant ici
Durée estimée 1h45


Rencontre avec l'équipe

Jeudi 27 avril - Atelier du CDN


Dialogue à l’issue de la représentation


Théâtre

Les palmiers sauvages

  • 20h30mercredi 17 Mai 2017
  • 19h30jeudi 18 Mai 2017
  • 20h30vendredi 19 Mai 2017
+ horaires

Centre Dramatique National Orléans/Loiret/Centre

« Quand l’homme qui s’appelait Harry fit la connaissance de Charlotte Rittenmeyer, il était interne dans un hôpital de la Nouvelle-Orléans ». C’est le jour de son anniversaire. Leur rencontre est la mise à feu d’une bombe, ou plutôt elle en est déjà l’explosion. Il a vingt-sept ans, elle en a moins de vingt-cinq. Harry n’a jamais connu l’amour, s’étant voué corps et âme à ses études ; Charlotte est mariée, a deux petites filles. À sept ans, elle est tombée dans les flammes, elle en porte encore les cicatrices. Pourquoi lui-dit elle cela, à lui, dès la première fois ? Pourquoi cette intimité immédiate qui claque comme un coup de feu ? Est-ce qu’elle-même le sait ? Elle pratique la sculpture parce qu’elle aime faire «des choses qu’on peut toucher, qu’on peut prendre, des choses qui pèsent dans la main, dont on peut regarder l’envers, qui déplacent l’air et qui déplacent l’eau, et si vous les laissez tomber, c’est votre pied qui se brise et non la forme de l’objet». Quelques jours plus tard, Charlotte Rittenmeyer quitte tout au nom de son amour pour Harry ; Harry Wilbourne interrompt son internat de médecine pour s’enfuir avec Charlotte. Ainsi commence – ligne de fuite, fuite en avant, avant-goût de la mort – une course à l’abîme qui va en quelques mois pousser le couple de La Nouvelle-Orléans à Chicago, puis «dans le Wisconsin et à nouveau à Chicago, en Utah et à San Antonio et de nouveau à La Nouvelle-Orléans», d’un chalet au bord d’un lac à une cabane perdue dans les neiges près d’une mine à demi abandonnée, jusqu’à un bungalow au bord de la mer, traversé par le bruissement du vent dans les palmiers sauvages...


  • D’après le roman de William Faulkner
  • Mise en scène Séverine Chavrier
  • Avec Séverine Chavrier, Laurent Papot, Déborah Rouach
  • Dramaturgie Benjamin Chavrier
  • Scénographie Benjamin Hautin
  • Son Philippe Perrin
  • Lumière David Perez
  • Vidéo Jérôme Vernez

Du 17 au 19 mai - Salle Barrault
Renseignements en cliquant ici et location au 02.38.81.01.00 ou en cliquant ici
Durée 2h


Agenda
Les 20 prochaines dates :

up down + Voir toutes les dates

Les partenaires