Accueil > Danse/Cirque/Performances > Danse > saison 2019-2020

Danse

Ils n'ont rien vu

  • 20h30mardi 24 Mars 2020

la Scène nationale d'Orléans

Thomas Lebrun

Le chorégraphe et ses interprètes s’inspirent librement d’Hiroshima mon amour, de leurs rencontres avec les hibakushas (les victimes des bombardements atomiques), de leur immersion dans cette ville d’aujourd’hui, pour interroger la transformation et l’effacement de la mémoire, et porter un regard aigu sur notre monde.



Thomas Lebrun. Hiroshima mon amour, comme point de départ pour interroger la transformation et l’effacement de la mémoire, et porter un regard aigu sur notre monde.

« Tu vois, de bien regarder… je crois que ça s’apprend ». Hiroshima mon amour


Ce projet chorégraphique est un regard sur notre monde où la rencontre des cultures et des pensées est noyée sous les vagues vertigineuses d’intérêts ou de combats aveuglés. S’appuyant en partie sur le film et le livre Hiroshima mon amour, et sur son histoire tragique connue de tous, ce projet place la mémoire et le souvenir au cœur de la création par un certain rythme de l’effacement et de la transformation. Le scénario, bien que je m’en éloigne clairement, et les dialogues sont d’une actualité saisissante. « Ça recommencera… dix mille soleils… une ville entière sera soulevée de terre… il ne faut pas négliger l’importance de la mémoire… » Je souhaite propulser dans nos corps cette tension, ces attentes, ces obsessions, ces rythmes portés dans le film par les mots, les sons et le sens. Tout comme dans le film où la réalité atomique est en arrière-fond, peu visible à l’écran mais constante, le film sera présent dans la pièce tel un souvenir qui s’efface, se transforme, laissant place à une réalité toujours présente aujourd’hui : Ils n’ont rien vu de ce monde prêt à exploser. Thomas Lebrun



Appels aux amateurs
Thomas Lebrun et la Scène nationale proposent à un groupe d’amateurs, tous profils confondus, de prendre part à une nouvelle aventure participative. Selon un canevas dessiné par le chorégraphe, Anne-Emmanuelle Deroo, l’une de ses interprètes, transmettra une partition chorégraphique pour chaque pièce. Ce travail se développera tout au long de la saison, un week-end par mois, et permettra de traverser les différentes facettes du travail du chorégraphe, pour créer une pièce unique qui sera présentée au public. Plus d'informations : el@theatredorleans.fr



Centre chorégraphique national de Tours
Chorégraphie Thomas Lebrun
Interprétation Maxime Camo, Raphaël Cottin, Anne-Emmanuelle Deroo, Karima El Amrani, Akiko Kajihara, Anne-Sophie Lancelin, Matthieu Patarozzi, Léa Scher, Yohann Têté
Musiques Georges Delerue, Giovanni Fusco, Hibari Misora…
Création boro Rieko Koga
Costumes Jeanne Guellaff
Lumière Françoise Michel
Son Mélodie Souquet



Mardi 24 mars 20h30 − Salle Barrault
Tarifs de 5€ à 26€
Durée 1h35


Réservation

Agenda
Les 20 prochaines dates :

up down + Voir toutes les dates

Les partenaires