Accueil  > 

Inouï

Inouï!

Scène nationale d'Orléans

Trois jours dans la création musicale d’aujourd’hui

En coproduction avec l’Ircam - Centre Pompidou
Du vendredi 13 au dimanche 15 mars

“Je m’imagine la musique comme quelque chose de très loin dans l’espace, qui existe depuis toujours,et qui existera toujours, et dont nous n’entendons qu’un petit fragment… ” Ligeti


Les trois jours de l’Inouï qu’initient la Scène nationale d’Orléans et l’Ircam, fêtent le monde fascinant de Ligeti qui a marqué l’art d’aujourd’hui.


> Consultez la brochure Inouï !


Inouï

Inouï #1

  • 20h30vendredi 13 Mars 2015

Scène nationale d'Orléans

En coproduction avec l’Ircam - Centre Pompidou


  • Michaël Levinas Les Désinences, pour piano et claviers Midi
  • György Ligeti Monument. Selbstportrait. Bewegung
  • Pianos Michaël Levinas, Jean-Luc Plouvier
  • Réalisation informatique musicale Ircam, Carlo Laurenzi
  • Ingénieur du son Ircam, Sylvain Cadars
  • Projection film Eyes Wide Shut de Stanley Kubrick, présentation Jean-Luc Plouvier

Vendredi 13 mars 20h30 - Salle Barrault
Renseignements 02.38.62.75.30
Location à partir du mardi 2 septembre
Durée 3h - concert 1h (entracte compris) et projection du film 2h


Tout comme le Bourgeois Gentilhomme dit de la prose sans en rien savoir, on a tous entendu un jour la musique de György Ligeti. Figure centrale de la scène musicale au vingtième siècle, sa musique n’a par exemple pas laissé indifférents certains de nos plus grands cinéastes. Citons Martin Scorsese, Tim Burton, et surtout Stanley Kubrick, qui utilise sa musique dans pas moins de trois de ses films : 2001, l’Odyssée de l’Espace, Shining et Eyes Wide Shut.

> Consultez la brochure Inouï !


Ce dernier, son testament cinématographique, s’inspire d’Arthur Schnitzler pour nous montrer un couple en prise avec ses démons érotiques. Sublimés par la direction du génie britannique, les pérégrinations de Tom Cruise et Nicole Kidman se ponctuent des accents entêtants des Musica Ricercata.


Inouï

Inouï #2

  • 19h00samedi 14 Mars 2015

Scène nationale d'Orléans

Quatuor Diotima #3

En coproduction avec l’Ircam - Centre Pompidou


  • György Ligeti Quatuor n° 2
  • Stefano Gervasoni Clamour, troisième quatuor à cordes, création française
  • Rune Glerup Clarinet Quintet (Still leaning toward this Machine) pour clarinette, quatuor à cordes et électronique, commande Ircam-Centre Pompidou, création
  • Clarinette Alain Billard
  • Quatuor Diotima
  • Violon 1 Yun-Peng Zhao
  • Violon 2 Constance Ronzatti
  • Alto Franck Chevalier
  • Violoncelle Pierre Morlet
  • Réalisation informatique musicale Ircam, Thomas Goepfer
  • Ingénieur du son Ircam, Clément Marie

Samedi 14 mars 19h - Salle Vitez
Renseignements 02.38.62.75.30
Location à partir du mardi 2 septembre
Durée 1h


La contribution de György Ligeti à cette formation emblématique de la musique occidentale qu’est le quatuor à cordes n’est certes pas très étendue – deux partitions en tout et pour tout –, mais elle n’en est pas moins fondamentale.

Son Quatuor n° 2 (1968) fait une synthèse de toutes les préoccupations du compositeur durant la période qui l’a vu naître. Exigeant des musiciens une virtuosité hors du commun, chacun de ses cinq mouvements semble naître, non d’une figure mélodique, mais d’une texture singulière : au fourmillement sonore du premier succèdent les harmonies éthérées du second (qui évoluent jusqu’à leurs soudaines ruptures) et autres processus polyrythmiques aux allures de mécanique désarticulée…



> Consultez la brochure Inouï !


Cette approche du matériau a laissé une empreinte profonde et fait à présent partie du bagage de tous les aspirants compositeurs. Ainsi du jeune danois Rune Glerup, dont la fascination pour les effets de surface doit beaucoup à Ligeti, comme on le constatera dans Still leaning toward this Machine.


Inouï

Inouï #3

  • 20h30samedi 14 Mars 2015

Scène nationale d'Orléans

Récital Toros Can

En coproduction avec l’Ircam - Centre Pompidou


  • György Ligeti Musica Ricercata, Études pour piano 1,2, 3, 10, 13, 14
  • Jonathan Harvey Tombeau de Messiaen
  • Daniel Zajicek Dinosaur
  • Jacob Ter Veldhuis The Body of your dreams
  • Piano Toros Can

Samedi 14 mars 20h30 - Salle Barrault
Renseignements 02.38.62.75.30
Location à partir du mardi 2 septembre
Durée 1h10 environ


Lauréat du troisième Concours international de piano d’Orléans en 1998, le pianiste turc Toros Can revient dans notre ville pour se joindre à nos Inouïs Ligetiens.

Au programme, les Musica Ricercata – celles-là même dont on a entendu le second mouvement lancinant dans Eyes Wide Shut. Si ce mouvement est si lancinant, c’est qu’il repose sur deux notes seulement, utilisées à tous les registres possibles ; c’est en effet ainsi qu’est conçu le cycle entier. La première pièce est ainsi composée avec une seule et unique note et chacun des onze mouvements voit une note s’ajouter à la boîte à outils du compositeur. Un jeu d’écriture à contraintes qui n’est pas sans rappeler ceux auxquels pouvaient se livrer Jean-Sébastien Bach.



Autre exercice « historique » auquel Ligeti s’est frotté : celui, ô combien romantique, de l’étude pour piano – Ligeti lui-même n’était pourtant pas un virtuose du piano ! Si Chopin est ici le modèle déclaré, les inspirations qui s’y glissent forment une merveilleuse constellation : du compositeur Conlon Nancarrow à la musique de l’Afrique subsaharienne, en passant par des écrivains (Lewis Carroll, Franz Kafka, Boris Vian, Jorge Luis Borges), des scientifiques (Douglas R. Hofstadter, Benoît Mandelbrot, Jacques Monod) ou des dessinateurs (Escher)…

Le programme sera complété par trois pièces pour piano et bande.


> Ecouter Toros Can - Ligeti Etude No.10 "Der Zauberlehrling"


> Consultez la brochure Inouï !


Inouï

Inouï #4

  • 11h00dimanche 15 Mars 2015

Scène nationale d'Orléans

En coproduction avec l’Ircam - Centre Pompidou


  • Béla Bartók Danses Roumaines
  • Bruno Mantovani All’ ungarese
  • György Kurtag Jatekok (extraits), In Memoriam Dr György Nádor, In Memoriam Demény János, In Memoriam Edison Denisov, Hommage à Kadosa 75, In Memoriam Ligeti Ilona, Grassblades in memory of Klára Martyn, Chorale for Benjamin Rajeczty¹s 80th birthday
  • György Ligeti Trio
  • Violon Stéphanie-Marie Degand
  • Piano Florent Boffart
  • Cor André Cazalet

Dimanche 15 mars 11h - Salle Vitez
Renseignements 02.38.62.75.30
Location à partir du mardi 2 septembre


Alla ungherese : la musique hongroise a inspiré les plus grands, de Haydn à Brahms, si bien que ce terme jalonne la musique depuis quatre siècles, plus qu’aucune autre référence nationale peut-être. Aujourd’hui encore, des compositeurs y font de malicieux clins d’œil, à l’instar du jeune Bruno Mantovani, qui se plie à l’exercice dans ce duo pour violon et piano.

Bien entendu, cet engouement pour la musique hongroise a été catalysé par la démarche ethnomusicologique de Béla Bartók, laquelle a fait en outre bien des émules. Hongrois d’origine (il est né en Transylvanie), György Ligeti s’y est lui-même intéressé. Mais son insatiable curiosité l’a rapidement poussé vers d’autres musiques dites ethniques : principalement le gamelan balinais et les polyphonies des Pygmées Aka. Ainsi, du second mouvement de son Trio pour cor, violon et piano, György Ligeti écrit que c’est « une danse inspirée de diverses musiques folkloriques de peuples qui n’existent pas, comme si la Hongrie, la Roumanie ou les Balkans en entier se situaient quelque part entre l’Afrique et les Caraïbes ».



Un concert en forme d’expédition musicale !


> Consultez la brochure Inouï !


Inouï

Inouï #5

  • 17h00dimanche 15 Mars 2015

Scène nationale d'Orléans

Fado errático

En coproduction avec l’Ircam - Centre Pompidou


  • Stefano Gervasoni Fado errático, pour voix de femme, grand ensemble et électronique, d’après Amália Rodrigues, création
  • Fado Cristina Branco
  • Ensemble Cairn
  • Direction musicale Guillaume Bourgogne
  • Flûte Cédric Jullion
  • Hautbois Catherine Coquet
  • Clarinette Ayumi Mori
  • Basson Médériq Debacq
  • Trompette André Feydy
  • Cor Philippe Bord
  • Trombone Mathias Mahler
  • Violons Naaman Sluchin, SaoriFurukawa
  • Alto Cécile Brossard
  • Violoncelle Ingrid Schoenlaub
  • Contrebasse Simon Drappier
  • Guitare portugaise Luis Maria Hoeltz
  • Guitare Christelle Sery
  • Harpe Aurélie Saraf
  • Accordéon Fanny Vicens
  • Percussions Benoît Poly, Arnaud Lassus
  • Cymbalum Cyril Dupuy
  • Piano Caroline Cren
  • Réalisation informatique musicale Ircam, Thomas Goepfer, Carlo Laurenzi
  • Ingénieur du son Ircam, Sylvain Cadars
  • Création lumièreThomas Leblanc

Dimanche 15 mars 17h - Salle Barrault
Renseignements 02.38.62.75.30
Location à partir du mardi 2 septembre
Durée 1h


Des années 1980 jusqu’à la fin de sa vie, Ligeti revient vers la culture hongroise, vers sa musique comme vers sa littérature – mais, contrairement à d’autres compositeurs parmi ses aînés ou ses contemporains, il évite soigneusement de composer du folklore, ou même d’introduire des citations folkloriques, préférant plutôt l’allusion, et brouillant délibérément les pistes. Dans son vaste cycle Fado errático, Stefano Gervasoni adopte une posture similaire de recours à des tournures populaires, non sans se les approprier, dans une stylisation extrême.

Composé en collaboration avec la chanteuse de fado Cristina Branco, Fado errático revisite les chansons originales de la grande Amália Rodrigues (1920-1999), la «Reine du Fado», dans une démarche hautement post-moderne. Conservant la mélodie, l’accompagnement instrumental traditionnel, transcrit fidèlement à partir d’enregistrements historiques d’Amália, est réarrangé avec créativité en utilisant les modes de jeu typiques de la musique contemporaine. Un bel hommage à ce regard mélancolique du fado, qui capture l’expressivité intime de la musique et l’empreint de pensées et d’idées.


> Ecouter Cristina Branco


> Consultez la brochure Inouï !


Agenda
Les 20 prochaines dates :

up down + Voir toutes les dates

Les partenaires